17/05/2004

Souvent, la Nuit nous nous croisons. Erzats de presque rien

Souvent, la Nuit nous nous croisons. Erzats de presque rien que ne traversent plus que de vagues chimères. Une seule obsession, identique et noire. Un geste, un regard seraient de trop. Souffle court. Regard bas. Haleine mauvaise. Longer les murs, éviter ces jets aveuglants qui écrasent nos ombres. Pourvu que ne les accompagne aucun rire. Et toujours ce circuit que jalonnent des vestiges étranges et douloureux. Un coin de rue, un restaurant, ...une fenêtre éclairée...ce soir, tu ne dormais pas encore.



00:47 Écrit par v. | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

ouhla c'est beau mais pas bien joyeux, ces mots là....tu veux du soleil? (yen a plein chez moi aujourd'hui).

Écrit par : ambrelisse | 17/05/2004

:) lire ton topic m'a remis en mémoire ce texte que j'avais écris il y a pas mal de temps,et voilà je le partage avec toi, attention hein , il n'avait pas été écris pour toi ! :)


En sortant, sans même y penser, j'ai pris le chemin qui mène chez toi. Je me retrouve devant l'entrée de ta résidence. Je passe devant sans m'arrêter. Cent mètres plus loin, je reviens sur mes pas et j'entre. Dans la cour, des enfants s'amusent. Je traverse les rires et les sauts, pour rejoindre ton immeuble. Devant l'interphone, j'hésite un long moment. Pas le temps. J'entends l'ascenseur arriver. Et si c'était toi ? Je m'en vais d'un pas précipité sans me retourner. A la grande porte, je vois quelqu'un dans le reflet. Ca pourrait être toi. Il tourne à droite, je me retourne. Non, ce n'est pas toi ?
Sur le boulevard, je ralentis le rythme de ma marche. Je ne suis pas encore décidée à partir. Une dernière fois, je regarde derrière moi. Si je reviens, que se passera-t-il ? Si tu me vois, me reconnaîtras-tu ? Me souriras-tu ? M'ignoreras-tu ? Je ne sais plus si je veux prendre ce risque.Pourtant, je ne te demande pas grand chose. Si je pouvais avoir un simple sourire. Je t'ai attendu et cherché longtemps. Je ne peux plus te laisser partir sans savoir. Et si je pouvais te rendre heureux ? Et si tu pouvais m'aimer ? Il n'y a qu'un seul moyen pour moi d'être fixée. Laisse moi t'approcher.

Écrit par : sauce lapin | 17/05/2004

alors on veut passer des contrats et quels en seront les termes ? lol

Écrit par : Sweeety | 17/05/2004

j'ai pas tout compris.. mais c'est pas joyeux en effet

Écrit par : Amaretto | 17/05/2004

... erzats fait partie de mes mots préférés. jamais employé chez moi. bravo pour ton texte; me donne l'envie d'en faire des images

Écrit par : cbj | 17/05/2004

. Ambre, y a du soleil aussi chez moi...la journée;

Sauce lapin, ce pseudo vous va à merveille! ;-)...et inutile de préciser que cela ne m'est pas adressé, comme vous l'avez dit: non, non, nous ne deviendrons pas amants!! mdrr...nous avons tous les mêmes démons.

Sweeety, finalement, ce sera un acte juridique unilateral!

Amaretto, l'essentiel n'est pas de comprendre mais de le vivre..bises sur la fesse droite ;))

Desmotsdemos, ton compliment me flatte, merci bcp.

Écrit par : V. | 17/05/2004

Les commentaires sont fermés.